Foire aux questions

  1. QUI?

    1. Qui peut donner ses organes ?
      • Peu importe son âge, toute personne peut être considérée comme un donneur potentiel. Transplant Québec et l’équipe médicale évaluent la condition physique générale, les antécédents médicaux et sociaux ainsi que l’état général du donneur au moment du décès afin de déterminer quels organes pourront être prélevés. Pour les tissus humains, c’est Héma-Québec qui coordonne le processus.
    2. Y a-t-il un âge limite pour donner ses organes ?
      • Non. Toute personne, peu importe son âge, peut être considérée comme un donneur potentiel. C’est plutôt la qualité des organes et des tissus qui est déterminante. Au Québec, le donneur d’organes le plus âgé avait 88 ans et le plus jeune avait 48 heures. L’âge moyen des donneurs se situe autour de 50 ans.
    3. Est-ce que les organes d’une personne qui décède à son domicile peuvent être prélevés ?
      • Non. Il faut que la mort survienne dans un centre hospitalier, dans des conditions bien particulières. Les causes de décès les plus susceptibles de conduire à un don d'organes sont :
        • - les accidents vasculaires cérébraux (AVC);
        • - les traumatismes crâniens;
        • - les anoxies cérébrales consécutives à une pendaison, à un arrêt cardiocirculatoire, à une noyade, etc.;
        • - certaines tumeurs cérébrales primaires.
    4. Si je suis atteint d’une maladie grave, est-ce que je peux consentir à donner mes organes ?
      • Toute personne, peu importe son âge, son état de santé ou son orientation sexuelle, peut être considérée comme un donneur potentiel d’organes. Ne fondez pas votre décision sur le fait que vous pensez être inapte à donner vos organes. C’est plutôt la qualité des organes qui est déterminante. L’équipe médicale se prononcera sur cette question au moment opportun.

        Si vous voulez donner, signez. Vous pouvez consentir de trois façons : www.signezdon.gouv.qc.ca
    5. Est-ce que les homosexuels peuvent être considérés comme donneurs potentiels d’organes ?
      • Toute personne, peu importe son âge, son état de santé ou son orientation sexuelle, peut être considérée comme un donneur potentiel d’organes. Ne fondez pas votre décision sur le fait que vous pensez être inapte à donner vos organes. C’est plutôt la qualité des organes qui est déterminante. Laissez l’équipe de soins de santé se prononcer sur cette question au moment opportun.

        Si vous voulez donner, signez. Vous pouvez consentir de trois façons : www.signezdon.gouv.qc.ca
    6. Lorsque vous dites que les antécédents sociaux du donneur potentiel sont vérifiés, pouvez-vous être plus spécifique ?
      • Parmi les antécédents sociaux qui sont vérifiés, il y a, entre autres, la consommation de tabac, d’alcool et de drogues, l’exposition à des substances toxiques, les comportements (sexuels) à risque et les pays visités.
  2. QUOI?

    1. Quels organes et tissus peuvent être prélevés à des fins de transplantation ?
      • Les organes qui peuvent être transplantés sont les reins, le cœur, les poumons, le foie, le pancréas (et les ilôts du pancréas) et l'intestin. Les principaux tissus greffés sont les os, la peau, les valves cardiaques, les veines, les tendons, les ligaments et les tissus oculaires (dont la cornée). En faisant un don d'organes et de tissus au décès, une personne peut sauver jusqu'à huit vies et redonner la santé à 40 autres personnes.
    2. Est-ce que les organes et les tissus seront utilisés pour la recherche scientifique ?
      • Lorsqu’un organe a été prélevé et que, pour des raisons médicales, il s’avère inadéquat pour la transplantation, cet organe pourrait être utilisé pour des projets de recherche, sous réserve d’un consentement spécifique. La famille doit consentir si la personne n’avait pas fait connaître ses volontés de son vivant.

        En outre, malgré le don d’organes, il est également possible de donner son corps pour l’enseignement et la recherche. Pour plus d’information, consultez :
        http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/organisation/don_corps/index.php?accueil
    3. Que fait Transplant Québec relativement au don vivant ?
      • Transplant Québec administre le Programme de remboursement des dépenses aux donneurs vivants du Québec. Le donneur vivant de rein ou d’un lobe de foie peut être aidé dans sa démarche par le remboursement de certains frais directement liés à celle-ci. À cet égard, nous vous invitons à visiter la section du don vivant de notre site
  3. COMMENT?

    1. Comment se fait l’attribution des organes ?
      • L’attribution des organes est basée sur différents facteurs d’ordre médical et anatomique, dont : le groupe sanguin, la compatibilité tissulaire, le poids, la taille, l’urgence médicale et la date d’inscription sur la liste d’attente unique. La décision d’inscrire un patient sur la liste d’attente est sous la responsabilité des programmes de transplantation des centres hospitaliers et des médecins traitants des personnes en attente. Transplant Québec gère la liste des personnes en attente d’une transplantation et procède à l’attribution des organes.
    2. Lors du prélèvement, est-ce que l’on s’est assuré que le donneur est bien décédé ?
      • Oui. Le décès est constaté et certifié de façon indépendante par deux médecins ne faisant pas partie des équipes de prélèvement ou de transplantation (Code civil du Québec, art. 45).
    3. Si j’ai signifié mon consentement au don d’organes et de tissus, fera-t-on tout ce qui est possible pour me sauver la vie ?
      • Oui. La préoccupation première de tous les médecins est de sauver la vie des patients.
    4. Y a-t-il des frais liés au don d’organes et de tissus?
      • Non, il n’y a aucuns frais reliés au don d’organes et de tissus pour les familles; par contre, les arrangements funéraires sont de la responsabilité de la famille. Le transport du corps vers le salon funéraire est également assuré par la famille, sauf exception.
    5. Est-ce que le donneur pourra être exposé au salon funéraire ?
      • Oui. Les organes et les tissus sont prélevés par des équipes spécialisées qui s'assurent que l'intervention se déroule dans le même respect de la personne que pour toute autre intervention chirurgicale et veillent à ce que l'apparence de la personne n'en soit pas affectée.
    6. Si je signe pour donner mes organes, mais ne veux pas donner mes tissus, comment dois-je procéder ?
      • Si vous désirez limiter votre don aux organes, vous pouvez l’indiquer sur l’autocollant à l’endos de votre carte d’assurance maladie et aussi le mentionner à vos proches.
  4. OÙ?

    1. Au Québec, quels centres hospitaliers effectuent des transplantation ?
      • Pour les adultes, il y a le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) - Hôpital Notre-Dame, le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) - Hôpital St-Luc, le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) - Hôpital Royal Victoria, l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, l’Institut de cardiologie de Montréal, le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) - Hôpital Fleurimont, le Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ) - Hôtel-Dieu de Québec et l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.

        Pour les enfants, il y a le Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, le Centre universitaire de santé McGill (CUSM)-Hôpital de Montréal pour enfants et le Centre mère-enfant du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ) qui effectuent les prélèvements et les transplantations pour les enfants.
    2. Est-ce que le don d’organes et de tissus est possible en région éloignée ?
      • Oui. Un donneur potentiel peut être identifié dans un centre hospitalier situé dans une région éloignée. Avec l’accord de la famille, le donneur potentiel est habituellement transféré vers un centre hospitalier de prélèvement. Le corps du défunt sera par la suite ramené vers son lieu d’origine, sans frais pour la famille.
  5. CONSENTEMENT

    1. Qu’arrive-t-il lorsqu’une personne décédée n’a pas fait connaître sa volonté ?
      • Lors du décès, si la volonté du défunt n’est pas connue, l’équipe médicale consultera ses proches afin de leur offrir la possibilité de faire don des organes et tissus. C’est souvent parce qu’elles ignorent la volonté de la personne que, dans le doute, certaines familles s’opposent au don d’organes et de tissus. Il ne faut pas non plus oublier que la famille est en crise et qu’il est difficile de prendre une décision. C’est pourquoi il est important de faire connaître sa volonté par écrit et d’en parler avec ses proches, plusieurs de ses proches.
    2. Si j’ai signifié mon consentement sur ma carte d’assurance maladie et qu’à mon décès, ma famille s’y oppose; que se passe-t-il ?
      • Conformément au Code civil du Québec, la famille doit respecter le choix du défunt.

        Si le défunt a fait connaître sa décision à ses proches, il est rare que ceux-ci ne la respectent pas. C’est plutôt lorsque la volonté n’est pas connue que parfois la famille refusera, craignant de devoir porter une décision difficile prise au nom du défunt.

        Dans la pratique, les médecins prennent en considération les volontés de la famille car celle-ci pourrait faire valoir un récent changement dans les dernières volontés.
    3. Quel est le rôle de la famille dans un processus de don d’organes ?
      • La famille ou les proches aident en fait l’équipe soignante à exécuter la volonté du défunt de faire don de ses organes.

        Au moment opportun, l’équipe médicale présentera l’option du don d’organes à la famille d’un donneur potentiel et confirmera le consentement du défunt, le cas échéant, autorisant le prélèvement d’organes. La collaboration de la famille est également primordiale pour fournir des informations d’ordre médical et social au coordonnateur-conseiller clinique de Transplant Québec afin de compléter le dossier d’admissibilité du donneur.
    4. Comment peut-on se procurer un autocollant ou signifier son consentement au don d’organes et de tissus ?
      • Nous vous invitons à consulter le site Web Signez don ! signezdon.gouv.qc.ca.
    5. Est-il possible de signifier, une seule fois, sa volonté de donner ses organes et tissus, sans être obligé de signer l’autocollant à chaque renouvellement de notre carte d’assurance maladie ?
      • Oui. Vous pouvez inscrire votre consentement au Registre des consentements au don d’organes et de tissus de la Régie de l’assurance maladie du Québec. Vous pouvez aussi faire inscrire votre décision (consentement ou refus) chez votre notaire. À ce sujet, vous pouvez obtenir toute l’information nécessaire en visitant le site Web Signez don !
  6. ANONYMAT

    1. Est-ce que l’identité du donneur et celle du receveur seront dévoilées ?
      • Non. Le don d’organes est un geste anonyme. Si toutefois un receveur désire communiquer avec la famille du donneur, ou vice-versa, il pourra s’adresser à Transplant Québec, qui, après avoir obtenu l'accord de l'autre partie, fera parvenir le message. Dans tous les cas, Transplant Québec voit à ce que l’anonymat soit préservé.
    2. Est-il possible pour un receveur de contacter la famille du donneur pour transmettre ses remerciements ?
      • Il est possible de faire parvenir une lettre de remerciements par l’entremise de Transplant Québec. Le receveur pourra s’adresser à un coordonnateur-conseiller clinique de Transplant Québec qui lui fournira des explications et un dépliant concernant la procédure à suivre. Cependant, la correspondance ne devra pas contenir d’éléments permettant l’identification de l’une ou l’autre des parties afin de préserver la confidentialité.
    3. Est-il possible pour les membres de la famille du donneur de contacter le receveur ?
      • Il est possible pour les membres de la famille du donneur d’écrire au receveur. Les membres de la famille du donneur pourront s’adresser à un coordonnateur-conseiller clinique de Transplant Québec qui lui fournira des explications et un dépliant concernant la procédure à suivre. Cependant, la correspondance ne devra pas contenir d’éléments permettant l’identification de l’une ou l’autre des parties afin de préserver la confidentialité.
  7. AUTRES 

    1. Peut-on vendre ou acheter des organes et des tissus ?
      • Non. Au Canada, comme dans de nombreux pays, il est illégal de vendre ou d'acheter des organes.
    2. Peut-on faire un don d’argent à Transplant Québec ?
      • Oui. Les dons servent à soutenir la cause du don d’organes. Cliquez ici pour plus d'information.

        Transplant Québec est l’organisme officiel, mandaté par le ministre de la Santé et des Services sociaux pour coordonner le don d’organes au Québec. Il s’occupe également de promouvoir le don d’organes et de sensibiliser la population à cette question.

        Transplant Québec est reconnu comme organisme de bienfaisance par l’Agence de revenu du Canada. Transplant Québec émet des reçus aux fins de l’impôt pour tout don supérieur à 25 $.
    3. Est-ce que Transplant Québec sollicite des dons d’argent par téléphone ou autrement ?
      • Non. Transplant Québec ne sollicite aucun don monétaire par téléphone ou tout autre moyen.
    4. Est-ce que Transplant Québec a besoin de bénévoles ?
      • Oui, principalement en lien avec la sensibilisation au don d’organes.
        1. Témoignage – médias
        2. Témoignage – conférence
        3. Travail de bureau (préparation d’activités de sensibilisation)
        4. Organisation d’activités
        Pour en savoir plus, n'hésitez pas à communiquer avec le Service des communications et des relations publiques par téléphone au (514) 286-1414, poste 230 ou sur la ligne Info-don : 1-877-463-6366. Vous pouvez également consulter la section de notre site Web : Bottin ressources
    5. Qu'en est-il du don de corps à la science ?